L'amour est surtout une source d'emmerdes

Publié le par Les Petits Bavardages de Magalie

L'amour est surtout une source d'emmerdes

Autant prévenir, cet article sera long ...
Long et très personnel. Je crois que plus que ça je ne pourrai pas.
A moins de me montrer à poil. Je te rassure, ça n'arrivera pas !

Depuis pas mal de mois, je laisse des mots, des humeurs, des réponses à des questions qui marquent une angoisse, un mal-être et beaucoup de tracas.
Lors du premier défi des filles zen, j'ai enfin écrit qu'il s'agissait principalement de la situation de mon couple.

J'ai longtemps hésité à écrire cet article, en me disant que ce n'était peut être pas le moment, l'endroit ou que justement c'était trop personnel pour être partagé.
Et puis je me suis dis qu'en fait, je n'avais personne avec qui le partager "en vrai", même si quelques membres de ma famille sont au courant et qu'il serait peut être bon pour moi d'étaler toutes mes pensées.
Et surtout, je me dis que je ne suis peut être pas la seule dans ce cas et que ça pourra mener à quelque chose au final, même si aucune situation est pareille.

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

Il y a plus de 9 ans, je rencontrais Monsieur.
Que j'ai connu d'une manière un peu particulière.
A cette époque, je jouais à des jeux sur ordinateur. Pour les connaisseurs, les MMORPG, auxquels j'ai été initiée par mon ex. Les choses faisant que, nous nous sommes éloignés, et je me suis rapprochée, virtuellement, de plus en plus de Monsieur. Jusqu'à ce que ma relation du moment se termine et qu'on finisse par se rencontrer, le 25 novembre 2005, pour passer un week-end ensemble.

Pendant des mois, nous nous sommes vus très ponctuellement, étant donné qu'il habitait sur Paris et que les trajets avaient un coût. Sur une période de 15 mois, nous avons du nous voir 4 ou 5 fois dont une fois où il est venu 15 jours en été.
Jusqu'à ce mois de mars 2007 où il est finalement venu habiter avec moi.

Fin 2009, nous quittons notre appartement de 3 pièces, pour habiter dans une autre ville, dans un appartement de 2 pièces. Plus petit, mais c'est notre appartement.

Fin 2010, pour nos 5 ans, je le demande en mariage. Il accepte, mais au final ça ne se fait pas.

Car fin 2011, nous déménageons. Nous sommes propriétaires du 3 pièces dans lequel nous sommes toujours aujourd'hui. Et nos économies sont parties dans l'apport nécessaire. Il ne nous reste plus rien.
Pas de mariage donc, mais nous avons franchi le pas pour nous pacser. Bien qu'à mes yeux ça ne soit pas un réel engagement, surtout qu'il a été principalement fait pour l'achat.

J'ai toujours ce projet de mariage en tête mais l'appartement a besoin de gros travaux d'isolation, nous refaisons toutes nos fenêtres et nos économies y passent entièrement à nouveau.

Nous passons les mois suivants sans parler de ce mariage et quand on nous parle de fonder une famille, maintenant que nous sommes installés, on répond à l'unisson non, que nous ne sommes pas prêts et que nous voulons profiter. Ca fait hurler certaines personnes qui me sortent le fameux refrain que c'est la plus belle chose au monde, que le temps passe, blablabla. Sans doute vrai mais j'avoue de mon côté que je vois ça comme une contrainte de temps et de finances, je suis bien trop égoïste pour penser à un enfant. Pas question de me forcer pour faire comme les autres. Je n'en ai pas envie et surtout je n'en ressens pas le désir. Je fini carrément par dire que je n'en veux pas pour qu'on me laisse tranquille. J'ai l'impression que c'est surtout pour satisfaire leur bonheur qu'on essaie de me faire changer d'avis.

Le temps passe, jusqu'en novembre 2014, où un soir nous avons une conversation. Il me demande si je suis heureuse, étant donné qu'on ne se parle quasiment plus, qu'on n'a plus aucune activité ensemble ni aucune complicité.
Je ne m'attendais pas du tout à cette conversation.
Il est vrai que je suis devenue assez irritable, renfermée et j'ai tendance à l'envoyer un peu bouler. Je le reconnais. C'est la période où dès août, mes allergies se sont déclenchées et ça me tape durement sur les nerfs depuis déjà pas mal de mois.
On décide de faire des efforts pour se retrouver, je fais même une sortie randonnée avec des collègues, je réserve un resto pour nos 9 ans et notre complicité revient peu à peu au fil des jours.

En fin d'année, pour les fêtes, il décide de monter sur Paris pour voir sa famille, sans moi, car il doit régler des choses avec ses parents et il ne veut pas m'y mêler. Je comprends car ça fait des années qu'il m'en parle, mais ça fait des années qu'on fête Noël ensemble, avec ma famille ici ou la sienne sur Paris, et je le prends un peu mal au fond.
Je l'emmène à l'aéroport en laissant couler quelques larmes, je pense qu'il le voit, mais il ne me dit rien. Au moment de sortir de la voiture, il lâche la bombe : il veut qu'on profite de ces 10 jours pour réfléchir à nous, à notre couple. Alors que moi je pensais que tout allait mieux même si ce n'était pas encore tout à fait ça.

Je passe 10 jours de calvaire, je ne mange quasiment pas les premiers jours et j'essaie le plus possible de rester avec ma famille pour ne pas être seule, notamment avec ma soeur et son copain qui déménagent et qui ont besoin d'aide, mais impossible de squatter tout le temps.
La journée, ça peut aller car je m'occupe comme je peux, chez eux ou chez moi, mais le soir en allant me coucher, j'angoisse.
J'ai l'impression de ne faire que pleurer.
Des fois j'arrive à me raisonner et des fois je me dis que tout sera fini quand il reviendra.
J'en parle à ma soeur qui me rassure comme elle peut et qui m'aide mais pas évident pour elle surtout quand je lui avoue qu
e je l'ai surpris à envoyer des sms et je sais à qui, étant donné que je reçois les factures, j'ai fais le rapprochement. Et aussi parce qu'il m'est arrivé de fouiller un peu dans son portable ... mais sans rien trouver.

Pendant ces 10 jours, je lui envoie un message par jour, pour lui montrer que je suis quand même présente et que je ne l'oublie pas et surtout je ne veux pas qu'il me reproche d'avoir coupé le contact. Je n'ai aucune réponse. Même pas un sms pour répondre à mon Joyeux Noël. Au bout de 9 ans. Encore maintenant, je l'ai en travers et c'est quelque chose que je ne lui pardonnerai jamais. Je trouve que c'est un énorme manque de respect, quelle que soit la situation.

Je fête quand même Noël, mais en comité très restreint, ce qui me plombe déjà bien le moral. Pas mes grands-parents, retenus ailleurs, ni ma mère, car bien que mes parents soient divorcés on fait toujours les fêtes ensemble, mais elle a un nouvel ami avec qui elle passe ces quelques jours, donc juste mon père, ma soeur ainsi que ses deux enfants et son copain.
Je tiens bon comme je peux mais j'ai souvent les larmes qui me montent aux yeux. Heureusement, on trouve quand même de quoi s'occuper avec les enfants et rigoler.

Je devais aller le chercher le dimanche et finalement, il rentre seul, samedi, sans me le dire.
Vent de panique.
Mais non, il reste vague sur ce qu'il a fait là-haut et surtout on ne parle pas de nous malgré les petits perches que je lui tend du style : "à part ça ?" ou "et sinon ?".
Malgré le fait qu'on ne se fasse plus de cadeau depuis des années, je lui ai acheté un tee-shirt et un pull. Je récole juste un merci.
Pendant qu'il dort, je fais la chose la plus débile au monde : je fouille à nouveau dans son téléphone portable. Rien d'alarmant, des messages de ses frères et des photos de leurs sorties.

Rien ne s'arrange dans les jours qui suivent.
On perd ce qu'il y avait après notre première conversation, on recommence de nouveau à ne plus se parler.

On arrive au jour de l'An, où ni lui ni moi ne proposons quelque chose. En même temps, je n'aime pas le jour de l'An je ne trouve aucune raison valable de fêter un changement d'année.
Finalement il me dit qu'il y a un feu d'artifice le soir au bord de mer. On y va, seuls. Sans se parler, sans avoir un geste pour l'autre.
Quand vient l'heure du décompte et de la bonne année, rien. Autour de nous, des personnes qui s'embrassent, qui se font la bise. Nous on se contente de regarder le spectacle chacun de son côté.
On repart à la voiture et on rentre comme on est sortis.
Je sens que cette année 2015 débute très mal ...

Quelques jours après, on va au cinéma.
Pendant qu'on se prépare, je l'entends prendre une bouteille de champagne et deux coupes dans la cuisine. Je sens la réconciliation arriver, je ne dis rien, je le laisse faire.
Une fois la séance terminée, il me demande si je veux aller au bord de mer. J'accepte. Arrivés sur la plage, il sort la bouteille et on boit notre coupe. En silence.
Au bout d'un moment, il me demande à quoi je pense et comme d'habitude, je réponds "rien". Il insiste un peu mais je ne dis rien. Finalement il lâche la bombe : il sait que je fouille dans son téléphone. Je soutiens mordicus que non ! que c'est la vérité, que son téléphone doit déconner. Je pense m'en sortir mais il m'annonce que tout comme sur un ordinateur, son téléphone a un historique et qu'il voit ce qui a été consulté. Grillée, je fini par avouer en lui disant que si je n'avais pas remarqué qu'il envoyait des sms en cachette je ne l'aurais pas fait. Il dit qu'il n'a rien à se reprocher mais qu'il me comprend vu son comportement depuis des mois.
Autant y aller franchement, je lâche tout ce que j'ai : il a trop changé, il se met à sortir tout le temps avec ses collègues alors qu'avant il était très bien à ne rien faire de ses journées comme moi, que je trouve ça lamentable qu'il se soit mis à boire, même modérément, pour ne pas passer pour un con en soirée avec ses collègues, lui qui était un adepte des Diabolo pêche et que je n'avais jamais vu boire une bière.
Il m'avoue qu'en effet, il préfère profiter et sortir avec ses collègues qu'avoir en enfant.
Fantastique au bout de 9 ans.
Après un moment de mise au point il veut rentrer, mais pour moi, hors de question d'en rester ici comme ça, je veux savoir ce qu'on fait.
On décide d'en rester là, ne voyant pas s'issue, on n'a plus les mêmes envies et je suis trop déçue.
Je n'insiste même pas et pour enfoncer le clou lui souhaite bonne chance avec "Mme sms". Il me répond qu'il n'y a absolument rien, que c'est une pote, qu'elle ne l'attire pas, qu'ils font juste des activités ensemble et avec d'autres collègues : piscine, randos etc. Je lui réponds que c'est peut être ce qu'il pense mais qu'en attendant il a visiblement plus d'estime pour elle pour lui souhaiter un Joyeux Noël, que pour moi au bout de 9 ans et qu'à mes yeux c'est un profond manque de correctement et de respect de sa part. Je sais qu'il se sent en faute et que j'ai touché un point car il ne répond rien.
On rentre, on se couche et n'arrivant par à dormir, je pars sur le canapé. Il fait de même en allant dans l'autre chambre me disant que je peux reprendre le lit, ce que je ne fais pas. Le canapé est mon refuge quand je vais mal, car je peux me distraire avec la télé.

Ca dure comme ça pendant des jours : on va au boulot ensemble, on mange le soir ensemble, on dort séparés et on ne se parle pas vraiment.

Un soir, alors que je bouquine dans le lit, il vient sur le pas de la porte et me dit qu'il n'arrive pas à dormir. Je lui adresse juste un petit rire, limite moqueur, car en vrai je me retiens de lui dire que c'est sans doute sans conscience qui le travaille. Mais je ne lui dis pas de revenir, après tout, s'il est parti à côté ce n'est pas pour rien, moi je ne lui ai rien demandé.

Pendant deux semaines, je ressasse tout ça et finalement un après-midi je pète un plomb je lui dis que je veux régler notre situation.
Je lui reproche d'avoir changé, de ne penser qu'à ses loisirs, il me dit qu'il en a besoin, qu'il doit s'occuper.
De ne pas m'avoir donné de nouvelles pendant 10 jours à Noël, il me dit qu'il a mal pris le fait que je fouille dans son portable.
De ne pas être démonstratif, il me dit qu'il ne peut rien m'acheter, j'ai les yeux sur le compte bancaire.
De ne pas vouloir d'enfant ou de mariage, il me dit que dans cette situation ce n'est pas une bonne idée qu'on doit d'abord retrouver notre couple.
On en vient au fait de dormir séparément. Je lui dis que c'est lui qui est parti, moi je suis allée sur le canapé juste parce que je n'arrivais par à dormir. Il me répond qu'il a cru que c'était parce que je ne voulais plus partager le même lit.
Visiblement, tout est de ma faute vu comme ça, bien trop facile.
Quand il me reproche de ne jamais sortir, de ne pas avoir de loisirs, je lui réponds qu'on n'a tout simplement pas les mêmes. Que la piscine, les randonnées ou aller boire un verre ça ne m'intéresse pas, tout comme lui il s'en tape de mes blogs, de mes livres et de mes dessins. Que chacun a ses loisirs et que personne ne doit forcer l'autre, dans la mesure où on a quand même des trucs qu'on fait ensemble.
Je lui dis que j'en ai marre d'être questionnée au boulot sur mon avenir familial, phénomène accentué depuis qu'on a une nouvelle maman, que ça me fend le coeur qu'on me souhaite en 2015 d'avoir un bébé alors que je sais pertinemment que ça ne sera pas le cas. Il me demande de réfléchir et de répondre sincèrement : est-ce que dans cette situation ce serait une bonne idée ? Il a raison, la réponse est non, on ne règle pas un problème de couple avec un enfant qui n'a rien demandé.
On décide une nouvelle fois de faire des efforts et surtout de se parler si ça ne va pas.

Mi-février, je réserve un petit truc sur Groupon : repas du soir, nuit et petit déjeuner dans un hôtel du département voisin. C'est très sympa, ça fait du bien de partir un peu.

C'est la dernière chose qu'on a faite ensemble. Hormis quelques cinémas et balades, accompagnés de grands silences.
Comme avant.
Retour à la case départ.

5 mois après, on en est au même point.
On va au boulot ensemble, sans se parler, on se retrouve le soir pour manger, sans se parler et la plupart du temps quand il a fini il s'en va et je termine mon repas seule.
Il s'occupe après le boulot en allant à la plage, avant c'était en faisant du roller ou en allant boire un verre.
Quand il rentre il va sur l'ordinateur, souvent il se couche en début de soirée, pendant que moi je regarde la télé.
Il fait quelques sorties auxquelles je ne vais pas car ça ne me tente pas et surtout je n'ai pas envie de "jouer au couple".
Je n'ai pas envie d'aller à la piscine, ni à la plage et encore moins de voir les mêmes têtes qu'au boulot, surtout pour parler boulot.
A chaque fois il me propose mais je décline. Jamais il n'a décommandé en me disant qu'on pouvait faire quelque chose qui me tentait, jamais il ne m'a demandé pourquoi je ne voulais pas y aller. J'ai fais une nouvelle tentative pour le feu d'artifice le 13 juillet et ça n'a rien changé : je me sens intruse dans leurs trucs, il parle avec eux, plaisante et fait le con avec ses potes mais dès qu'on est tous les deux, plus un mot, il se ferme. Et surtout, on fait vraiment tâche à ne pas se tenir la main, s'embrasser ou avoir un geste envers l'autre, comme l'autre couple. Et ça me fait un peu mal de les voir eux, comme un vrai couple. Alors que nous on passe pour des cons sans doute.

Tout ce que je vois c'est qu'il profite bien comme il faut de sa vie, que je ne l'emmerde pas trop, que je fais le ménage, le repassage et à manger. Tout est bénéfique pour lui. Pour le ménage, il m'aide, quand il est là, mais jamais il ne le fera de lui-même. Donc je fais le minimum quand il n'est pas là et j'attends qu'on soit deux pour le reste. J'ai arrêté de faire son repassage, je ne suis pas une femme de ménage. Je n'ai aucune reconnaissance pour rien, jamais un merci, comme si c'était normal que je fasse tout ça, donc je ne vois pas pourquoi je continuerai. Pour les repas, je fais la plupart du temps quelque chose de différent car je ne peux pas non plus lui imposer mes conditions. Il aurait besoin de perdre du poids je ferai pareil mais il aurait plutôt besoin de prendre 10 kilos !

Voilà où j'en suis à ce jour.
Je sais qu'il faudrait une discussion où on prendrait une vraie décision, car ça fait 8 mois que cette histoire dure.
Est-ce que chacun est prêt à faire des efforts ?
Est-ce qu'on pourrait mettre tout ça derrière nous pour avancer ?
Honnêtement, je suis très rancunière et je ne sais pas si je pourrai oublier certaines choses. Il a vraiment trop changé et je suis très déçue par certains de ses comportements.
On n'arrive pas à avancer malgré plusieurs conversations, est-ce qu'une nouvelle changera les choses ?
Il me reprochait d'être la seule à avoir les yeux sur le compte bancaire, maintenant que chacun a le sien, rien n'a changé : pas de cadeau, pas de surprise, pas de fleurs, rien.
Je perds 7 kilos, alors que tout le monde me le fait remarquer, lui, rien !
Je mets des belles tenues, des robes et des jupes, des habits que je n'avais pas mis depuis des années, je récolte plein de compliments, mais de lui, rien !
On a relancé le courtier pour renégocier le prêt immobilier mais il ne s'en préoccupe pas. En même temps, est-ce que j'ai envie de signer à nouveau pour 15 ou 20 ans ? Dans cette situation non.

En toute franchise, des fois je me dis que je perds mon temps, que je ferai mieux de trouver quelqu'un qui me respecterait, qui me rendrait vraiment heureuse et serait à l'écoute de mes envies.
D'un autre côté, faire une croix sur ces 9 ans je trouve ça dommage. Tout le monde connait des difficultés et il n'y a pas de raison de ne pas arriver à les surmonter même si ça demande certainement du temps, du travail sur soi et de la patience.
Seulement j'ai l'impression que je suis la seule à vouloir m'en sortir, lui il se laisse vivre.
Des fois je me dis que c'est peine perdue et qu'on ferait mieux de continuer notre vie séparément.

Je me rend compte que c'est "un handicapé des sentiments" et c'est devenu de pire en pire au fil des mois, des années : jamais un compliment, jamais une démonstration. Quand on essayait déjà de résoudre nos soucis en début d'année, jamais un bisou, jamais de geste tendre et les rares fois où j'effleurais sa main par inadvertance quand on baladait, il la rétractait très vite.
Un couple ce n'est pas ça, même après 9 ans où certes, ça peut s'étioler, mais jusqu'à disparaître totalement je ne peux pas l'accepter.
J'en viens même à me demander si l'un comme l'autre on a encore de vrais sentiments.
Se retrouver, faire des trucs ensemble ce serait un bon début, mais à chaque fois ça se passe en silence, on n'a plus rien à se dire à part 2 ou 3 banalités. C'est peut être bête mais parfois je sens qu'on a tous les deux peur de l'autre.

Je sais ce que je veux, à moi de faire en sorte d'y parvenir. On ne peut pas avoir d'avenir si on ne règle pas nos soucis mais nos soucis n'arrivent pas à être réglés. Donc si vraiment son but est de profiter de sa vie en faisant des trucs avec ses collègues, je ne l'empêcherai pas, mais ce sera sans moi, je n'attendrai pas à nouveau 10 ans qu'il veuille enfin penser à moi et qu'il montre un peu d'intérêt à mes envies. On est tous les deux trentenaires, 33 et 31, il est temps de s'assumer et d'agir en tant que tels et non comme des jeunes de 20 ans qui ont encore 10 ou 15 ans avant d'y songer.

Je sais très bien que la seule solution serait d'en parler une bonne fois pour toute et de décider de ce qu'on veut.
Discussion qui arrivera forcément un jour, je ne peux pas continuer comme ça des mois, ça ne sert à rien à part perdre du temps.
Encore faut-il avoir le courage de la lancer ... et surtout de voir où ça va mener !

J'oublie certainement plein de choses, mais voilà en gros mon histoire.

Publié dans Le Coin Intime

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

les chroniques de la blonde 02/08/2015 15:13

Du courage Magalie.. cet article je ne l'avais pas lu jusqu'ici, mais je comprends ta situation ! ( je reproche souvent au cheri de ne pas etre assez démonstratif). Peut etre que vos chemins ne prennent pas la même direction, mais pour s'en rendre compte, il faut en parler.. même si ça n'a rien d'évident !

Les Petits Bavardages de Magalie 02/08/2015 15:25

C'est ça, c'est lui qui change au bout de 9 ans et c'est moi qui devrait m'adapter à son rythme ... des fois ils ne doutent de rien ces mecs hein !
Merci pour ton commentaire en tout cas ;)

Coups de Coeur de Mumu 01/08/2015 22:33

Coucou Magalie !

Je viens de lire ton article. J'espère de tout coeur que votre situation va s'arranger et que votre couple va surmonter tout ça. Bon courage pour cette discussion qui risque de ne pas être facile.

Je t'envoie plein de gros bisous !

Les Petits Bavardages de Magalie 02/08/2015 08:45

Merci Mumu, on verra bien ... car là j'ai besoin d'être fixée, j'en ai marre d perdre du temps ! Bisous :)

Sylvie 15/07/2015 22:19

Bonjour
Ton histoire me touche énormément car elle ressemble fortement à la mienne et m'attriste également. Nous nous sommes perdus à la naissance de notre enfant il y a 6 ans. Nous sommes devenus des colocataires. Nous avons tenté la médiation familiale pour nous séparer mais je souffrai trop à l'idée d'une séparation. Nous avons décidé de nous réconcilier avec l'aide d'une conseillère familiale mais cela ne nous a pas véritablement aidé. Alors nous venons d'entamer une thérapie de couple. J'espère que nous sommes sur la bonne voie. Je suis bien triste de vivre une histoire comme la tienne avec un enfant en plus.

Sylvie 19/07/2015 15:19

Merci pour ton soutien Magalie ☺

Les Petits Bavardages de Magalie 15/07/2015 23:11

Bonsoir Sylvie et merci pour ton commentaire.
Ton histoire est aussi très perturbante, car il est vrai que dans mon "malheur", j'ai la "chance" de ne pas avoir d'enfant au milieu. J'ai vu ça avec le divorce de ma sœur et deux enfants en bas âge ... ça m'a fait mal au cœur.
La bonne nouvelle c'est que vous faites des efforts pour vous en sortir et j'espère sincèrement que ce sera le cas, courage !

crise de trentenaire 15/07/2015 09:48

salut ma Mag ! Plein de choses me viennent à l'esprit et je risque d'écrire un roman aussi...
Je ne prétends pas tout savoir, loin de là mais entre ma propre expérience et celles de mes copines, oui l'amour ça fait parfois chier et c'est compliqué mais c'est aussi ce qui fait son intérêt !
J'ai le sentiment que vous êtes chacun sur vos rancœurs et que la communication ne passe plus. Je pense qu'une séance de thérapie pourrait aider juste pour libérer la parole et se dire les choses simplement mais avec une tierce personne.
J'ai connu de longs mois à avoir l'impression de vivre en collocation, ne plus rien avoir à se dire hormis des choses liées à notre fils. J'avais l'impression que mon monde s'effritait petit à petit et que malgré mes tentatives de communications ou d'attentions rien ne fonctionnait. Moi je sortais d'une grossesse et pareil mon corps s'est transformé, j'ai beaucoup maigri et j'avais plus de compliments extérieurs que de mon homme... Jusqu'au jour où je me suis "laissée séduire" par un autre ce qui a foutu encore plus de bordel dans ma tête, mon couple ! Mais finalement après un an 1/2 de galères ou je suis passée par toutes les émotions nous nous sommes retrouvés, nous avons eu les mêmes envies au même moment, avons fait des projets ensemble à nouveau... Je suis quelqu'un qui a besoin d'énormément d'amour et de reconnaissance et je suis amoureuse d'un homme très peu démonstratif, parfois une vraie souffrance pour moi. Mais je me dis qu'il a toujours été comme cela et que si j'en suis tombée amoureuse c'est pour une vraie raison.

Ce que je fais quand il m'exaspere vraiment c'est que je me rappelle ce que nous avons construit et pourquoi je l'aime, ce qu'il m'apporte et j'essaie d'éviter de ressasser ce que je lui reproche.
La crise que tu traverses est normale et je comprends ce que tu peux ressentir... Essaie de lui parler d'aller voir quelqu'un tous les 2 pour voir sa réaction (même si les mecs sont souvent réticents à s'épancher) et réessaie de vous réserver un petit truc tous les 2 et profites en la bas pour lui dire ce que tu as sur le cœur et lui dire simplement que tu as envie que vous vous en sortiez.
Bon courage ma louloute et reste confiante, on peut se relever d'une crise.
Des bisous

Les Petits Bavardages de Magalie 15/07/2015 10:05

Coucou et merci pour ton message :)
Il est vrai qu'avant tout il est nécessaire d'avoir une vraie discussion, franche et de poser clairement ce qu'on souhaite. Sans ça je crois que rien ne sera possible.
Honnêtement, je pense que maintenant que j'en ai parlé, je me sens un peu plus prête à affronter cette situation qui ne peut plus durer comme ça ... je veux savoir où je vais et surtout comment.
Gros bisous et encore merci ;)